Home page > Writing and publishing in Africa > Cameroun: Les Mbororo sont confrontés à plusieurs formes de taxation
| More

Cameroun: Les Mbororo sont confrontés à plusieurs formes de taxation

Thursday 11 July 2013

Les Mbororo dénoncent les conflits agro-pastoraux dans le Nord

Les quatre grandes familles peuhles mbororo provenant des 4 départements de la région du Nord à savoir les Wordabé, les Djafoun, les Késsou et les Ouda ont pris part à l’assemblée culturelle des Peulhs Mbororo. Elle recherche l’épanouissement de ses membres à travers la sensibilisation, pour une prise de conscience des Peulhs Mbororo. Elle vise ainsi le la promotion du développement économique et social, la lutte contre l’analphabétisme et le désœuvrement des jeunes, réadapter le nomadisme ancestral au contexte du temps, la création des zones d’intérêt cynégétique, car les zones de culture réduisent considérablement l’espace pastoral. Cette dernière mission permettait aux éleveurs pasteurs de s’éloigner des zones de culture afin d’éviter tout conflit « terrien ou agro-pastoral ». Lire la suite ici: http://www.leseptentrion.net/2013/0...

« Les Mbororo sont confrontés à plusieurs formes de taxation », Dr Kossoumna Liba’a, Enseignant à l’Université de Maroua

Vous venez de publier un nouvel ouvrage. Pourquoi le choix des Mbororo ? Je travaille sur les Mbororo depuis une dizaine d’années. J’ai d’ailleurs soutenu ma thèse de géographie et aménagement de l’espace sur la gestion des territoires et des ressources naturelles pour ceux d’entre eux qui se sont sédentarisés. Pendant mes longs séjours auprès d’eux, j’ai compris qu’ils étaient marginalisés de par leur mode de vie et d’activité. Bien que de nombreux travaux aient été réalisés depuis des années sur eux, j’ai voulu à travers cet ouvrage attirer l’attention de la communauté scientifique et des décideurs sur les nouveaux enjeux environnementaux, économiques, sociaux et politiques autour de leur activité dans un milieu rural en mutation rapide. Lire la suite d’interview ici: http://www.leseptentrion.net/2013/0...

Bamenda : 300 Mbororos menacés d’expulsion

Pour construire une université catholique, l’archidocèse de la capitale du Nord-Ouest veut déguerpir cette communauté d’un site qu’elle occupe depuis plus d’un siècle.

Depuis le 20 janvier 2013, la menace d’une crise foncière se précise à Bamenda selon le Réseau camerounais des organisations des Droits de l’Homme (Recodh). En effet, si l’on en croit ce réseau, le 20 janvier 2013, une correspondance signée par Monseigneur Cornelius Fontem Esua, archevêque de Bamenda, a été adressée aux Mbororos de cette localité. Il leur a été demandé de quitter la zone de Wumse-Ndzah dans l’arrondissement de Bamenda III au motif que le site va servir à la construction d’une université catholique. En effet, l’essentiel des 73 hectares de terrain sollicités par l’archidiocèse se trouvent sur le site habité par les Mbororos. Seulement, ces derniers qui y sont installés depuis 1904, brandissent un certificat d’occupation établi en 1933 par un Représentant de la Grande-Bretagne, puissance tutrice à l’époque. Un certificat manifestement ignoré par le ministère du Domaine et des Affaires foncières qui, le 2 septembre 2011, a attribué une superficie de 46 hectares à l’archidiocèse de Bamenda. En attendant un acte du président de la République qui, selon la loi, est la seule autorité habilitée à octroyer des terrains d’une superficie de 50 hectares et plus. Lire la suite ici: http://www.leseptentrion.net/2013/0...