Home page > Writing and publishing in Africa > Cameroun : Inédit : Soutenance d’une Thèse de Doctorat dans un campement (...)
| More

Cameroun : Inédit : Soutenance d’une Thèse de Doctorat dans un campement Pygmées

Thursday 9 June 2016

Cet évènement parrainé et organisé par le Centre International de Recherches et de Documentation sur les Traditions et les langues Africaines(CERDOTOLA) et ses partenaires s’est déroulé pour la toute première fois au monde, en pleine forêt équatoriale tropicale dans le campement Pygmées (Bagyeli, Bakola) de Grand Zambi, près de Bipindi dans la Région du Sud Cameroun. La thèse de Doctorat en Anthropologie de Jean Nke Ndih intitulée « Gestion traditionnelle des écosystèmes forestiers par les Pygmées Bakola/Bagyeli et voisins bantu face à l’exploitation néolibérale au Sud-Cameroun » a été défendue devant un jury composé d’universitaires nationaux et internationaux mais aussi des Pygmées.

Le jury était impressionnant. Car composé d’éminentes personnalités scientifiques et universitaires internationales : le Pr. Alain Froment, Pr. Dany Rondeau, et le Dr Patrick Kulesza. A leurs côtés, les examinateurs camerounais, les Professeurs Godefroy Ngima Mawoung et Julius Victor Ngoh et les assesseurs Pygmées notamment Anne Nyalipoua, Lucien Ngali et Jean baptiste Tsagadig. C’est face à ce jury présidé par le Pr. Charles Binam Bikoi, Secrétaire Exécutif du CERDOTOLA, que Jean Nke Ndih a défendu sa thèse de Doctorat en anthropologie. En présence des chefs traditionnels de la localité et du Préfet du Département de l’Océan, Antoine Bisaga.

Cette soutenance publique de la thèse de Doctorat en Anthropologie, a permis au candidat Jean Nke Ndih, de dévoiler au public la méthodologie de son travail de recherche. Qui s’est fait à partir de son affiliation institutionnelle à deux laboratoires de recherche de l’Université Catholique de Louvain(UCL) : le Centre d’Etudes de Développement(CED) et le Laboratoire d’Anthropologie Prospective(LAAP) sous la direction scientifique du Pr. Pierre-Joseph Laurent.

Au campement Pygmées de Grand Zambi, les membres du jury ont chacun donné une appréciation au travail présenté par Jean Nke Ndih. Le Dr. Patrick kulesza qui a qualifié cet évènement d’ « exceptionnel », reconnait avec le candidat que « les peuples autochtones ont un rôle majeur à jouer par rapport aux stratégies de développement, elles ont une connaissance de la forêt, de savoir, des expressions culturelles qui sont très importantes, et qu’il faut valoriser et qui participent à la richesse de la diversité culturelle de l’humanité ». Pour le Pr Julius Victor Ngoh « il faut tout faire pour que les pygmées participent dans les différents projets. On doit tenir compte de leurs avis et il faut toujours associer les pygmées dans tout ce que l’Etat, ou la société veut faire ».

Le Pr. Dany Rondeau, en soulignant l’enjeu principal dans cette thèse à savoir « l’exploitation forestière », a relevé un déficit d’encadrement de la part de l’Etat. Pour elle, « il faut une gestion communautaire des forêts, et responsabiliser les populations en les faisant participer à la gestion des ressources ». Le Pr. Alain froment, anthropologue biologiste, a pour sa part invité les autorités à mettre tout en œuvre pour que « ces populations locales qui habitent ici depuis longtemps soient reconnues dans leurs droits fonciers, dans leurs droits à gérer les forêts communautaires, et d’une façon générale dans leurs droits humains ».

Quant au Directeur régional et Représentant de l’unesco pour l’Afrique centrale à Yaoundé, Loïtéohin Félix Ye, cette « démarche originelle et originale », satisfait pleinement à l’orthodoxie de la science. Le préfet du département de l’Océan, Antoine Bisaga pour qui « cette soutenance, moment exceptionnel, devrait être suivie par beaucoup d’administrateurs », pense qu’il faudrait désormais mettre le pygmée au cœur du processus de gouvernance. Il estime que cette thèse devrait être vulgarisée, transposée dans d’autres milieux administratifs, car « quand nous décidons de nos bureaux on n’a pas dans notre esprit les pygmées ou d’autres couches sociales. Donc il faudrait aller plus en bas et se dire qu’il ya d’autres couches sociales qui ont besoin d’une autre démarche pour qu’il ya ait harmonie sociale et pour que le bonheur soit partagé par tous » a-t-il conclu.

Le Jury de cette soutenance a donc accordé à Jean Nke Ndih né le 5 août 1961, la légitimation avec mention Très honorable, et les félicitations du jury. Le CERDOTOLA lui a décerné le papyrus de légitimation, notamment le titre de Docteur Expert es traditions africaines, option l’homme et son milieu.

Le Pr. Charles Binam Bikoi, le président du jury, en saluant ce Travail « innovant, engagé pragmatique », a déclaré à la presse que cette thèse mérite d’être « valorisée, vulgarisée » et que « le CERDOTOLA saura s’employer à donner une suite dans le sens de la vulgarisation des connaissances contenues dans cette thèse, et qui sont d’ordre pluridisciplinaires et d’une valeur exceptionnelle pour l’économie, pour la gestion de l’écologie, pour la relation de l’homme avec son milieu, toutes choses qui ont été consacrées par le va et vient ente l’académie et la communauté des Bakola, Bagyeli… ».

En rappel, il est prévu la production d’un documentaire combinant les images de la défense de cette thèse au campement Pygmées de Grand Zambi, les images de la défense de la même thèse à Louvain le 06 mai 2014,les différents aspects des connaissances écologiques des pygmées, ainsi que les solutions endogènes aux problèmes de développement durable, de protection de la nature et de défense des droits des peuples autochtones.

Ericien Pascal Nguiamba envoyé spécial à Grand Zambi

See online: Cameroun : Inédit : Soutenance d’une Thèse de Doctorat dans un campement Pygmées